La Patience du diable de Maxime Chattam

Résumé :
Le Mal peut-il contaminer ceux qui le traquent ? Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue… Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse… Des gens ordinaires découverts morts… de terreur. Le Diable mène le bal, le monde est devenu fou. Lieutenant à la Section de Recherche de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur. Après La Conjuration primitive, Maxime Chattam, dans ce thriller d’une maîtrise glaçante, sème plus que jamais le doute.
Avis
Un roman que j'ai acheté sur un coup de tête après avoir adoré La Conjuration primitive du même auteur. J'étais impatiente de retrouver sa plume et j'ai encore une fois adoré chaque ligne que j'ai lu.

L'histoire reprend la même brigade de la SR que La Conjuration. On retrouve donc Ludivine et Segnon. Ils vont se retrouver pris dans une enquête de grande envergure, sans même tout comprendre du départ. Si tout commence avec une aide apportée sur un go-fast pour les Stups, la saisie opéré cette nuit-là va être bien différente de celle attendue. Ludivine et Segnon vont alors se retrouver sur une enquête qui va les mener à relier différents drames les uns avec les autres. 
Difficile d'en dire plus sans spoiler toute l'intensité du roman, c'est pourquoi je m'arrêterai là. Mais ce roman est beaucoup plus intense qu'un simple go-fast surprenant. Et autant vous dire qu'il faut avoir l'esprit bien accroché pour le lire, il a une ambiance assez glauque, que j'ai personnellement adoré. 

J'ai été ravie de retrouver Ludivine dans ce roman (et oui je sais qu'un troisième tome avec elle est sorti cette année que je suis impatiente de découvrir). Après l'enquête qui les a mené de Pestilence à Val-Segond, autant dire qu'elle a du mal à lutter contre ses propres ténèbres. Et dans ce roman, on découvre une jeune femme qui est obsédée par la vérité et surtout à lutter contre le mal. A beaucoup de passages, je me suis inquiétée pour elle, à la voir tirer encore et encore sur la corde. Je l'aime beaucoup, je ne voudrais pas qu'elle sombre du côté ténébreux pour avoir voulu arrêté les méchants...

L'ambiance du roman est vraiment glauque et tourne énormément autour du Diable lui-même. J'ai souvent frissonné (en même temps, lire ce roman tard le soir, avec une toute petite lumière, n'était pas l'idée du siècle non plus ^^'). Maxime Chattam décrit à la perfection une ambiance d'enfer, laissant sous entendre un chef démoniaque, irréel presque. Un anagramme se cache dans le roman et, si je ne l'ai pas vu, le personnage en question m'a mis des sueurs froides dans le dos dès que je l'ai découvert...
Avec ce deuxième roman, je confirme mon avis sur Maxime Chattam, un auteur que j'apprécie de plus en plus et dont j'ai envie de découvrir tous les romans. Il a une écriture très descriptive qui me convient totalement. Les alternances de point de vue entre Ludivine, les 'méchants' et les quelques chapitres généraux décrivant la dégradation de la situation sont parfaitement intégrés et tout est fait pour donner une impression générale d'enfer...

En bref, je suis de plus en plus accro aux romans de cet auteur et ce deuxième lu confirme mon avis. Il est super !

2 commentaires:

  1. Ah ton petit Maxime Chattam ^^ Je crois que j'essayerai un jour vu comment tu m'en parles ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ouiii ^^ Ah xD J'espère que tu aimeras :)

      Supprimer